« LA FLAMME de L’EGALITE » Concours 2019 – 2020


ACCUEIL
 LE CONCOURS
 REPÈRES
HISTORIQUES

 ORIENTATIONS
PÉDAGOGIQUES

 INTERVENTIONS
EN CLASSE

 RESSOURCES
 CANDIDATS
ET LAURÉATS

Thématique de l’édition 2019-2020 du concours
La thématique « Devenir libre » est reconduite cette année.



© F-A Biard, L’abolition de l’esclavage dans les colonies, huile sur toile, 1848.
L’esclavage est construit sur un principe de domination des maîtres sur les esclaves dans le but de les exploiter. Les esclaves ont un statut juridique inférieur, dit de « biens meubles ». Ils subissent, au même titre que les affranchis, le préjugé de couleur, qui conduit à des formes de ségrégations sociale, professionnelle, honorifique et fiscale et interroge les notions de liberté et de citoyenneté. Pendant trois siècles, des esclaves, des libres de couleur et des abolitionnistes se battent pour la fin du système esclavagiste, la liberté universelle et l’égalité des droits.
Ces différentes formes de lutte ont conduit les puissances esclavagistes à abolir progressivement cette pratique. En France, l’esclavage est aboli une première fois sous la Première République en 1794, puis définitivement sous la Deuxième République en 1848, en accordant immédiatement la citoyenneté française aux anciens esclaves. S’ils disposent ainsi des mêmes droits que les autres citoyens, des inégalités persistent et perpétuent la société de plantation et son modèle économique dans les anciennes colonies françaises, qui ne deviendront des départements français à part entière qu’à la suite de la loi du 19 mars 1946. Dans les autres colonies, le travail forcé est aboli par la loi Houphouët-Boigny du 11 avril 1946. La France, avec René Cassin, est l’un des pays à l’initiative de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Son article 4 dispose : « Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ». Aujourd’hui encore, il faut lutter pour que les principes de cette déclaration soient appliqués dans le monde. On estime à 40 millions le nombre de victimes des formes contemporaines de l’esclavage.
Les projets réalisés dans le cadre de cette thématique « Devenir libre » inciteront les élèves à entreprendre un travail d’histoire et de mémoire et à mener une réflexion sur les combats pour la liberté, l’égalité et la fraternité, de 1794 à nos jours. Les travaux pourront également sortir du contexte socio-historique français et interroger les liens entre abolition et citoyenneté dans d’autres régions du monde.



Pistes de réflexion

Les révoltes d’esclaves dans les colonies françaises ou dans d’autres sociétés esclavagistes ;
Le marronnage et les sociétés marronnes ;
Le parcours d’hommes et de femmes ayant lutté pour l’abolition de l’esclavage et l’égalité des droits ;
Le statut des personnes mises en esclavage, de leur capture jusqu’à l’octroi de leur liberté ;
Les sociétés post-esclavagistes : héritages culturels ;
La comparaison de plusieurs systèmes esclavagistes.



Le site est là pour vous aider !
Retrouvez dans l’onglet Repères historiques :
des Parcours de vie d’esclaves ou d’abolitionnistes qui se sont battus pour la liberté de toutes et de tous ;
les Lieux qui ont pris part à l’entreprise esclavagiste et qui commémorent aujourd’hui son histoire et sa mémoire ;
une Chronologie de l’esclavage, des premières invasions coloniales jusqu’à son abolition dans les différentes régions du monde.
Des outils éducatifs sont également à votre disposition, comme un poster sur l’abolition de l’esclavage en France, des livrets Repères pour éduquer ou encore les dossiers des expositions du CNMHE.
Le site présente aussi un très grand choix de ressources littéraires, audio-visuelles et numériques !
Et parce que la démarche de projet est un exercice qui doit ouvrir l’école sur l’extérieur, le site propose également une série d’intervenant-e-s (musiciens, conférenciers, artistes, etc.), engagés sur la thématique du concours et qui peuvent éventuellement
ACCUEIL
 LE CONCOURS
 REPÈRES
HISTORIQUES

 ORIENTATIONS
PÉDAGOGIQUES

 INTERVENTIONS
EN CLASSE

 RESSOURCES
 CANDIDATS
ET LAURÉATS

Thématique de l’édition 2019-2020 du concours
La thématique « Devenir libre » est reconduite cette année.



© F-A Biard, L’abolition de l’esclavage dans les colonies, huile sur toile, 1848.
L’esclavage est construit sur un principe de domination des maîtres sur les esclaves dans le but de les exploiter. Les esclaves ont un statut juridique inférieur, dit de « biens meubles ». Ils subissent, au même titre que les affranchis, le préjugé de couleur, qui conduit à des formes de ségrégations sociale, professionnelle, honorifique et fiscale et interroge les notions de liberté et de citoyenneté. Pendant trois siècles, des esclaves, des libres de couleur et des abolitionnistes se battent pour la fin du système esclavagiste, la liberté universelle et l’égalité des droits.
Ces différentes formes de lutte ont conduit les puissances esclavagistes à abolir progressivement cette pratique. En France, l’esclavage est aboli une première fois sous la Première République en 1794, puis définitivement sous la Deuxième République en 1848, en accordant immédiatement la citoyenneté française aux anciens esclaves. S’ils disposent ainsi des mêmes droits que les autres citoyens, des inégalités persistent et perpétuent la société de plantation et son modèle économique dans les anciennes colonies françaises, qui ne deviendront des départements français à part entière qu’à la suite de la loi du 19 mars 1946. Dans les autres colonies, le travail forcé est aboli par la loi Houphouët-Boigny du 11 avril 1946. La France, avec René Cassin, est l’un des pays à l’initiative de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Son article 4 dispose : « Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ». Aujourd’hui encore, il faut lutter pour que les principes de cette déclaration soient appliqués dans le monde. On estime à 40 millions le nombre de victimes des formes contemporaines de l’esclavage.
Les projets réalisés dans le cadre de cette thématique « Devenir libre » inciteront les élèves à entreprendre un travail d’histoire et de mémoire et à mener une réflexion sur les combats pour la liberté, l’égalité et la fraternité, de 1794 à nos jours. Les travaux pourront également sortir du contexte socio-historique français et interroger les liens entre abolition et citoyenneté dans d’autres régions du monde.



Pistes de réflexion

Les révoltes d’esclaves dans les colonies françaises ou dans d’autres sociétés esclavagistes ;
Le marronnage et les sociétés marronnes ;
Le parcours d’hommes et de femmes ayant lutté pour l’abolition de l’esclavage et l’égalité des droits ;
Le statut des personnes mises en esclavage, de leur capture jusqu’à l’octroi de leur liberté ;
Les sociétés post-esclavagistes : héritages culturels ;
La comparaison de plusieurs systèmes esclavagistes.



Le site est là pour vous aider !
Retrouvez dans l’onglet Repères historiques :
des Parcours de vie d’esclaves ou d’abolitionnistes qui se sont battus pour la liberté de toutes et de tous ;
les Lieux qui ont pris part à l’entreprise esclavagiste et qui commémorent aujourd’hui son histoire et sa mémoire ;
une Chronologie de l’esclavage, des premières invasions coloniales jusqu’à son abolition dans les différentes régions du monde.
Des outils éducatifs sont également à votre disposition, comme un poster sur l’abolition de l’esclavage en France, des livrets Repères pour éduquer ou encore les dossiers des expositions du CNMHE.
Le site présente aussi un très grand choix de ressources littéraires, audio-visuelles et numériques !
Et parce que la démarche de projet est un exercice qui doit ouvrir l’école sur l’extérieur, le site propose également une série d’intervenant-e-s (musiciens, conférenciers, artistes, etc.), engagés sur la thématique du concours et qui peuvent éventuellement accompagner et enrichir votre travail. accompagner et enrichir votre travail.

Les Ministères chargés de l’Éducation nationale et des Outre-mer, le Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (CNMHE) et la Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Racisme l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH) s’associent à nouveau pour la 5ème édition du concours national « La Flamme de l’égalité ». Jusqu’au 10 mars 2020, les enseignants du primaire et du secondaire sont invités à mener avec leurs élèves une réflexion et à réaliser un projet sur l’histoire des traites et des captures, sur la vie des esclaves et les luttes pour l’abolition, sur leurs survivances, leurs effets et leurs héritages contemporains.

En savoir plus

INSCRIVEZ-VOUS
au concours
DÉPOSEZ
votre dossier de participation

Nous contacter
01.80.05.33.30

République Française
Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT
Ministère de l'Éducation Nationale et de la jeunesse
Ministère des outre-mer
CNMHE
Ligue de l'enseignement

© 2015 – 2019 Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris |

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Je débute. Laissez-moi un commentaire ou un Like :)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :